Nos héroïnes ont la parole !

Depuis samedi 12 mars, à Liège, de belles affiches invitent le public aux Très Grandes Conférences Liégeoises. Les sujets de ces événements attirent par leur (im)pertinence; les intervenantes sont des spécialistes dans leur domaine. Par contre, aucun de ces événements n’aura véritablement lieu…

Rendez-vous à une de ces conférences et vous trouverez porte close. Sur le site internet de l’événement, aucune annulation n’a pourtant été annoncée. Avez-vous bien lu la date ? Oui. Vous avez envoyé un mail à l’adresse renseignée et on vous informera qu’aucune de ces conférences n’est programmée… Pourquoi ce malentendu ? On vous explique.

Vous êtes tombé·es sur un canular !

Mais qui est véritablement le dindon de la farce ? Pas vous, rassurez-vous ! Les dindons de cette farce, ce sont les femmes et les personnes issues d’autres minorités sociales. Oui, oui… Et vous allez comprendre pourquoi !

Avec cette campagne d’affichage, nous voulons rendre visibles des vécus et des paroles qui ne le sont pas, pour mettre en lumière l’expertise méconnue des nombreuses femmes qui œuvrent dans des disciplines où elles excellent sans être (re)connues.

En créant notre propre programme de conférences, nous voulons montrer que les femmes expertes existent et ont existé à toutes époques. Le problème est qu’elles sont trop peu sollicitées pour intervenir dans les médias, débats publics et conférences. Ces événements reproduisent une domination patriarcale en ignorant la parole des femmes dans des domaines où elles subissent déjà de lourdes discriminations.

Si, à compétences égales pour un même poste, une femme reçoit en moyenne un salaire inférieur à celui d’un homme, le constat s’applique aussi aux prises de paroles : à expertise et compétences égales, la parole d’une femme est dévalorisée au profit de celle d’un homme. Cette discrimination pousse les femmes non seulement au silence, mais freine aussi leur carrière en les éclipsant du paysage culturel et politique.

Comment le débat public peut-il avancer vers une société égalitaire si les discussions ont lieu entre hommes ? Comment et où trouver des modèles de femmes inspirantes ?

Un monde pensé par les hommes est un monde créé pour les hommes. Nous avons mis à l’affiche des femmes qui ont marqué l’Histoire et leur domaine de compétences. Nous voulons relire notre passé et notre présent à la lumière de leurs contributions.

Par ces affiches, nous saluons leur œuvre. Rendons-leur un femmage ! Rendons gloire à tout ce qu’elles ont réalisé malgré les limites de ce qu’une société patriarcale leur a imposées ! Leur parole, leurs idées et leurs travaux ont changé la donne, ont influé sur le cours des savoirs de l’humanité. Malgré un climat social qui leur était peu favorable, elles ont pu s’instruire, lutter, agir, dépasser les stéréotypes, bouleverser les conditionnements sociaux. Pour certaines d’entre elles, ça n’a pas été facile. Beaucoup ont payé de leur vie pour rester fidèles à ce qu’elles voulaient être, cohérentes dans leurs combats, en ne renonçant jamais.

Ces femmes ne sont plus parmi nous aujourd’hui. Ces conférences fictives nous rafraîchissent la mémoire. Elles appellent à la persévérance et à la représentativité. Elles vous disent : « Mon discours doit être entendu. C’est une nécessité sociétale et vitale. »

Découvrez les conférences dont rêve notre Collectif sur le site des Très Grandes Conférences Liégeoises ! 

Nous, la Barbe Liège, militons 
pour une représentation des femmes et des minorités dans le panel des invité·es aux débats.

Nous, la Barbe Liège, militons
pour une représentation des diversités qui composent la société.

Nous, la Barbe Liège, militons 
pour une représentativité de la société qui rend justice aux minorités discriminées.

Comment nous aider ?

  • Coller une ou plusieurs affiches promotionnant nos événements (à votre fenêtre si elle donne à rue ou dans des endroits publics autorisés)
  • Distribuer l’affiche à des personnes qui feront pareil.
Trouvez notre matériel promotionnel (affiches & communiqué de presse) : ici.

Au boulot, repas de famille, à l’apéro, entre amis…

Parlez de ce cycle de conférences prestigieuses autour de vous… 

En voici le communiqué de presse : ICI

Projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles

Colère contre la campagne de pub d’un opérateur téléphonique qui se croit philanthrope…

Vous avez sûrement vu passer la PUB sexiste et violente d’un opérateur téléphonique belge. La Barbe réagit !

 » Les féministes adorent [notre nouveau plan tarifaire] / Machos aussi ! « 

C’est ce que nous dit une des accroches de la campagne de l’opérateur téléphonique belge.

Revenons aux BASES

Messieurs, messieurs, messieurs, ou devrions-nous plutôt dire, messieurs les dirigeants de BASE Belgium.

Bravo ! Bravo ! Bravo ! Vous l’avez fait ! Vous avez réuni sur un grand encart publicitaire les féministes et les machos. Vous avez fait devenir « copains-copines » les femmes et les hommes qui les dominent. C’est couillu !

Et votre slogan va même plus loin. Non contents de les avoir réunis, vous les avez même fait « se mettre d’accord » pour seulement 5 euros ! Vous les avez fait se mettre d’accord dans une société patriarcale où les hommes dominent les femmes dans tous les secteurs : politiques, économiques, médiatiques, sociaux, culturels, familiaux, musicaux… Chapeau-bas ! C’est doublement couillu.

Ça n’a pas dû être facile. Car ces deux idéologies –ce sont bien des idéologies et non des opinions– ne sont juste pas comparables, ni compatibles. Les féministes luttent contre le patriarcat et se battent pour l’égalité entre TOUTES les personnes, quelque que soit leur genre. Là, où « les machos » cherchent à banaliser les violences envers les femmes et à discréditer les discours féministes.

Faire cela, comparer des dominées à des dominants, qui plus est, sexistes et misogynes, c’est nier un combat vers l’égalité dans une société aujourd’hui inégalitaire et oppressive.

Faire cela, c’est nier les violences faites à l’encontre des femmes. Car oui, en Belgique, ici-même où vous placardez vos copinages publicitaires, c’est 1 femme sur 3 qui a été ou sera victime de violences physiques et/ou sexuelles au cours de sa vie. 1 femme sur 3, c’est ta mère, ta sœur, ta femme, ta fille. Et ce système de domination va jusqu’au féminicide, lorsque l’on tue des femmes juste parce qu’elles sont des femmes : la Belgique compte à ce jour 16 féminicides recensés en 2020. C’est une honte.

Mais bon, si tout le monde est d’accord pour 5 euros… Business is business…Toi-même tu sais, cher barbu!

La Barbe, la Barbe, la Barbe ! –

Ce texte a été publié le 24 octobre 2020 sur la page Facebook du collectif

Bon anniversaire au Centre d’Action Laïque ! 50 ans d’ « universalité », ça se fête ! La Barbe Liège en était !

Pour son 50e anniversaire, le Centre d’Action Laïque (CAL) célèbre une “universalité” toute masculine, en témoignent sa programmation et son organisation interne.

Un jour de mauvaise humeur, nous détectons « l’événement », celui qui encense les hommes, les amène à la tribune, leur donne la parole à l’infini, célèbre ces éternelles stars masculines. La barbe ! Place à l’action ! Nous analysons le milieu dans lequel ces mâles dominants opèrent, nous les épions dans l’ombre et élaborons des statistiques. Ensuite, armées de ce recensement intransigeant, nous écrivons un pamphlet dithyrambique et impertinent à la gloire des mâles poilus ! Lors de l’événement, nous rejoignons les hommes déjà sur scène et prononçons ce discours ironique.

Notre signe de reconnaissance, cette barbe, attribut masculin par excellence, est la tenue de camouflage idéale pour accomplir ce crime de lèse-patriarcat. Notre style caustique est presque une marque de fabrique et notre slogan sert à marquer les esprits chagrins.
Une fois la besogne accomplie, l’assemblée comprend enfin de quoi il retourne : les femmes sont encore absentes de la scène. Alors, nous quittons la salle dans un élan de fierté.

Vidéo de l’intervention de La Barbe Liège pour les 50 ans du Centre d’Action Laïque.

Ni Dieu, ni maître !
Laïcité, universalité, invisibilité !
Discours déclamé par La Barbe Liège le 10/10/2019 à l’occasion des 50 ans de la laïcité en Belgique.

Messieurs, messieurs, messieurs, 

50 ans de laïcité, ça se fête ! 50 ans de laïcité « pour favoriser l’émergence d’une société plus juste, plus progressiste et plus fraternelle ». Cette fraternité qui unit les hommes entre eux, qui nous rassemble, qui nous ressemble. Cette 1re soirée inaugure un beau et mâle programme festif. Ici, les hommes sont au four et au moulin, du matin jusqu’au soir, mais surtout le soir ! Il est vrai que les femmes ont aussi leur place, elles ont droit au chapitre, elles interviennent dans les conférences, elles participent au débat. Pour ces 50 ans, un conférencier sur trois est une femme ! On s’en sort presque indemne, on remplit nos quotas. Nonobstant, quand il s’agit du divertissement, de la culture ou d’une tête d’affiche, ne franchissons pas le pas. Le monde de l’art est réservé aux hommes. Laissons donc la place aux hommes, aux hommes et aux hommes. Ce cinquantenaire est à l’image de notre organisation interne. Les conseils d’administration sont mixtes, par contre, les bureaux exécutifs sont plutôt réservés aux hommes. Assurément, les prises de décision exigent de la testostérone et du poil au menton ! 

Ce soir, et pendant ces 4 jours de fête, continuons de préserver l’universalité masculine.

Merci aux hommes de ces nuits laïques, Henri, Henri, Nicolas, Hovnatan, Kleber, Juliano, Swing, Primero, Loxley, François, Féfée, David, Ascanio.


Notre discours a aussi été retransmis par les caméras du CAL (seules les 3 premières minutes nous intéressent) :

Aux Grandes Conférences liégeoises, la connaissance est l’apanage des grands hommes

Le 10 janvier 2019, nous avons adressé nos vives félicitations aux mâles organisateurs et intervenants des Grandes Conférences Liégeoises. Nous avons vanté la qualité et l’expertise des conférenciers et des experts, un 6/7 masculin pour cette édition des Grandes Conférences Liégeoises. Le temps de la connaissance est réservé aux hommes !

Le discours : « Le temps de la connaissance est réservé aux hommes »

Ce soir, c’est le temps de la physique quantique. Il est heureux de constater qu’une fois encore, les sujets sérieux tels que les sciences reconnues comme « dures » sont traités avec virilité.

Nous félicitons les organisateurs des grandes conférences liégeoises de garantir une masculinité majoritaire dans le choix de leurs intervenants. Rappelons que sur les 98 conférences programmées ces dernières années, seules 17 femmes sont intervenues! On ne peut quand même pas laisser les sujets sérieux aux femmes. Leur cerveau n’est pas adapté à la compréhension des sciences, il est plus léger que celui des hommes.Les femmes sont douces, sensibles, attentionnées, elles se laissent dépasser par leurs émotions, alors que nos nobles domaines nécessitent froideur, sérieux, rigueur et fermeté, bref, des qualités masculines!

Si même elles réussissent leurs études, les charges scientifiques ne permettent pas une maternité épanouie. Il est trop difficile de combiner vie de famille et carrière scientifique. La preuve en est : combien de femmes ont reçu un prix Nobel en science? Pouvez-vous m’en citer? C’est difficile, elles ne sont que 3% à mériter ce titre. En Belgique, on compte seulement 21% de femmes chercheuses alors que la parité est présente au moment des études.

Et merci au plafond de verre persistant qui nous protège de l’invasion des femmes et nous permet, chers messieurs, de conserver de hautes fonctions académiques et de prendre les devants des connaissances.

Merci à nos conférenciers de cette année, David, Hugues, André, Étienne, Aymeric, Stéphane et François d’éviter aux femmes le stress que peut entraîner la réalisation d’une conférence tout en nous informant sur l’avancement du monde !

La Barbe La Barbe La Barbe !


Vidéo de l’intervention de La Barbe Liège aux Grandes Conférences liégeoises, le 10 janvier 2019 au Palais des Congrès, devant des salles de 1500 places.

La presse en parle : article de Boulettes Magazine

Tomorrow Now : construire demain au masculin

“Tomorrow Now, construire DEMAIN aujourd’hui”, festival d’un monde nouveau, a été félicité pour son panel masculin !

Vendredi 20 avril 2018, le collectif féministe la Barbe Liège a adressé ses vives félicitations aux mâles organisateurs et intervenants du Festival Tomorrow Now. Le collectif a vanté la qualité et l’expertise des conférenciers, un 100% masculin pour les grandes conférences et 29% d’intervenantes féminines pour le festival global.

Quelques extraits du discours

Construire demain aujourd’hui, oui mais … entre hommes !

Est-il vraiment nécessaire de les [femmes] inclure dans nos questionnements sérieux sur l’avenir de ce vieux monde ? Sont-elles compétentes dans les domaines énergétiques, écologiques, ou scientifiques ? (…) Vous leur avez laissé une place en journée, lors des interventions et ateliers plus légers. C’est vrai, quoi de plus beau qu’une femme qui s’occupe bien de son intérieur, de son bien être, de son éventuelle âme ? Dans un souci perpétuel de relier le corps et l’esprit. Nous sommes d’accord, ce genre de choses, c’est une histoire de femmes, et pas d’hommes. Car c’est bien là qu’est leur place, dans l’ombre des vedettes, en soutien inconditionnel des stars que vous êtes, messieurs.

(…) 29% d’interventions féminines sur ce festival, c’est largement suffisant. Restez vigilants quant à la féminisation rampante du monde associatif ! C’est un danger auquel vous avez fait face avec brio, en maintenant des statistiques raisonnables et relativement courtoises.”

Grandes conférences : 100% masculin

Conférences : 56.25% masculin

Total des interventions : 70,83% masculin

La presse en parle : article de l’Avenir

La vidéo de cette prise de parole a été diffusée sur la page Facebook de La Barbe Liège. Pour la visionner, cliquez ici.